Sélectionner une page

Lorsqu’il est temps de retourner au travail ou de laisser votre bébé à une personne qui s’occupe de lui, vous devez avoir une réserve de lait maternel à portée de main. Cela signifie qu’il est temps de tirer le lait. Mais que faites-vous lorsque vous ne pouvez pas faire « couler » votre lait pour une machine. Le réflexe d’éjection du lait ou « descente de lait » peut être difficile lorsqu’il n’est pas déclenché par votre enfant. Le pompage n’est certainement pas le moment d’attachement auquel vous êtes habituée lorsque vous allaitez votre bébé. Votre corps sait que ce n’est pas votre bébé et votre sein n’abandonnera pas l’or liquide. Il est frustrant de tirer le lait et de ne recevoir que des gouttes de lait. Ne paniquez pas. Le stress rendra les choses plus difficiles. Détendez-vous et essayez ces conseils des professionnels.

1. Vérifiez votre pompe

Peut-être que ce n’est pas du tout vous. Peut-être que vous n’avez pas la bonne pompe pour vos besoins. Prenez rendez-vous avec une consultante en lactation certifiée pour vous assurer que vous utilisez une pompe de qualité hospitalière. Vous n’êtes pas obligé d’en acheter une. Vous pouvez en louer une. De plus, elles sont déductibles des impôts. Pour certaines mères qui allaitent, une pompe manuelle fonctionne mieux. Il n’y a pas de bruit ou de tourbillon et la mère contrôle le temps de fonctionnement. Il est donc plus facile de simuler la tétée de votre bébé et de maximiser votre rendement.

2. Pompe pendant l’allaitement

Si vous avez la bonne pompe et que vous avez encore des difficultés, essayez de pomper pendant que le bébé allaite. Si vous allaitez votre bébé d’un côté pendant que vous pompez de l’autre, vous réussirez peut-être mieux à corréler le pompage avec l’amour pour votre enfant plus tard, lorsque celui-ci est absent.  L’hormone ocytocine est responsable de la déception. C’est l’hormone « d’amour » chargée de renforcer le lien avec votre enfant ou votre conjoint et même votre animal de compagnie adoré. C’est pourquoi de nombreuses femmes sont déçues lorsqu’un autre bébé pleure ou lors d’une stimulation sexuelle. C’est la même hormone d’amour qui est en charge. Le fait de pomper simultanément peut aider à démarrer un régime de pompage réussi.

3. Devenez émotive

Lorsqu’il est temps de faire le plein d’énergie au travail ou en l’absence de votre enfant, préparez-vous à utiliser des objets pour déclencher ces sentiments d’amour qui vous unissent. Une photo de votre bébé ou une couverture de réception qui sent comme votre bébé peut être la chose dont vous avez besoin pour déclencher l’ocytocine et pour que votre corps se détende et donne du lait, en sachant que c’est pour votre bébé et pas seulement pour la machine.

7 conseils d’allaitement pour les nouvelles mamans

Il est bien connu que les 6 à 8 premières semaines de tout voyage d’allaitement sont souvent les plus difficiles. Vous et votre bébé devez consacrer du temps à l’apprentissage des techniques et à l’établissement de votre réserve de lait. Voici nos meilleurs conseils sur l’allaitement pour faciliter au maximum l’alimentation des nouvelles mamans.

1. Allaitez le plus tôt possible après l’accouchement

Quelle que soit la manière dont vous accouchez, que ce soit par césarienne ou par accouchement naturel, vous êtes encouragée à avoir un contact peau à peau avec votre bébé immédiatement après la naissance. Cela permet de stimuler la production de lait, de réguler la température de votre bébé et de renforcer le lien entre vous deux. Vous êtes également encouragée à allaiter votre bébé dans l’heure qui suit la naissance, ce qui contribue également à stimuler votre production de lait. Il se peut que votre bébé ne tète pas activement cette première fois, et qu’il se contente plutôt de museler et de lécher le mamelon, mais ce processus est important pour le développement des réflexes de succion.

2. Préparez votre séance d’allaitement

Assurez-vous que vous êtes assis ou couché confortablement. Un coussin d’allaitement ou un fauteuil confortable peut soulager la pression sur votre dos et vos épaules pendant l’allaitement.

Si vous avez subi une césarienne, il est généralement plus facile de vous allonger sur le côté, la tête soutenue par des oreillers, et d’allaiter en position couchée. Votre bébé doit également s’allonger sur le côté, la cage thoracique étant légèrement plus basse que votre sein.

Il peut être pratique d’utiliser un soutien-gorge d’allaitement et des coussinets d’allaitement pour absorber toute fuite de vos seins. Les deux aident également à garder vos seins au chaud et au sec. N’oubliez pas de boire beaucoup de liquide ! Il est bon de garder un grand pichet d’eau à portée de main. La plupart des nouvelles mamans trouvent que l’allaitement au sein leur donne très soif.

Suivez toujours les principes « ventre contre ventre » et « nez contre mamelon » lorsque vous attirez votre bébé vers votre sein.

3. Trouvez une bonne technique d’allaitement

Pour éviter les douleurs liées à l’allaitement, telles que les mamelons douloureux, il est important de s’assurer que votre bébé a une grande bouche de sein. Le corps et la tête de votre bébé doivent être en ligne droite contre votre sein, ventre contre ventre.

Vous pouvez stimuler le réflexe d’enracinement inné de votre bébé en frottant votre mamelon contre sa joue. Votre bébé se tournera alors vers votre sein et commencera à s’enraciner et à vous pousser. Le mamelon doit venir directement dans la bouche de votre bébé, les lèvres du bébé doivent être légèrement évasées et la plus grande partie possible de la bouche du bébé doit entourer l’aréole.

Pour une prise du sein efficace, suivez toujours les principes « ventre contre ventre » et « nez contre mamelon » lorsque vous attirez votre bébé vers votre sein.

L’allaitement est basé sur l’offre et la demande, donc plus vous exigez de votre corps, plus votre offre est importante.

4. Allaitez fréquemment votre nouveau-né

Une fois que vous commencez à allaiter, votre corps libère les hormones d’allaitement, l’ocytocine et la prolactine. L’ocytocine est également connue comme l’hormone du bien-être ; elle vous donne un sentiment de confiance, de sécurité et de calme. Elle stimule également la descente du lait de vos seins. La prolactine stimule la production de lait.

L’allaitement est basé sur l’offre et la demande, donc plus vous demandez à votre corps, plus votre offre est importante. Il est important de reconnaître les signaux d’alimentation de votre bébé et de le nourrir à la demande lorsque votre bébé montre des signes de faim. Ce sera probablement très fréquent au cours des 6 à 8 premières semaines, mais il commencera ensuite à ralentir un peu. Des signes tels que le fait de fouiller avec le poing ou les doigts dans la bouche, les claquements de lèvres et les mouvements sont autant d’indices de l’alimentation.

5. Que l’allaitement soit votre moment de paix

Essayez de faire en sorte que les séances d’allaitement soient aussi calmes et sans stress que possible, surtout au début, avant que vous ne maîtrisiez la technique d’allaitement. Le stress peut réduire la production de lait. C’est plus facile à dire qu’à faire, mais essayez d’éteindre votre téléphone et d’occuper vos frères et sœurs éventuels.

6. L’allaitement d’un nouveau-né prend du temps

Tous les bébés sont différents. L’alimentation peut prendre de quelques minutes à 30 minutes ou plus. Laissez votre bébé décider de la fréquence et de la durée de l’alimentation. Certains bébés se nourrissent rapidement, d’autres prennent plus de temps et peuvent même faire une sieste pendant la tétée. Les bébés sont imprévisibles, et chaque jour peut être différent.

7. Soyez patient et demandez de l’aide si vous en avez besoin

Cela peut être très stressant si vous trouvez l’allaitement difficile, mais essayez d’être patiente et n’abandonnez pas trop vite. Vous aurez peut-être besoin de beaucoup de soutien au début, alors n’ayez jamais peur de demander de l’aide. Contactez votre médecin ou votre conseillère en allaitement. Parfois, il suffit d’un léger ajustement de votre technique ou de quelques mots d’encouragement pour que tout soit plus facile.