Sélectionner une page

Dire qu’il y avait beaucoup de choses que je ne connaissais pas sur la maternité avant de devenir maman serait un énorme euphémisme. Moi qui suis du genre à  » planifier à l’avance « , j’ai été humiliée de voir à quel point j’étais mal préparée le moment venu. J’ai passé toute ma grossesse à lire toutes les informations sur la grossesse, le travail, l’éducation des enfants, etc. J’ai passé un trimestre entier à préparer soigneusement ma liste de naissance, en me basant sur les différentes listes d’articles indispensables et d’articles inutiles dressées par toutes les mamans blogueuses. Je me suis assurée d’avoir tous les articles dont je pourrais avoir besoin pour mon bébé au cours des deux premières années, des couches aux jouets de dentition en passant par le matériel d’apprentissage de la propreté . C’est fou, je sais.

La meilleure façon de décrire ce que j’ai ressenti la première semaine post-partum, c’est comme si on m’avait jetée dans le grand bain d’une piscine avant d’apprendre à nager. J’étais passée du stade où je ne me préoccupais que de moi-même à celui où j’étais soudainement responsable d’un autre être humain dont l’existence dépendait de moi, et le poids de cette grave prise de conscience était lourd. J’ai paniqué. Qu’est-ce que j’ai fait ? Toute ma vie d’adulte avait été une sorte de version de travail, jeu, sommeil, répétition avec une liberté totale. J’allais à la salle de sport tôt le matin et je passais la soirée à regarder des émissions ou des films sur Netflix avec mon mari. Maintenant, il s’agissait de s’occuper 24 heures sur 24 d’un nouveau-né, tout en essayant de se remettre d’un accouchement épuisant et douloureux. Il n’y avait pas de fin en vue et le stress était débilitant. Ce n’est que lorsque je me suis tournée vers Internet, parcourant désespérément les articles et les forums à la recherche de conseils et de toute personne susceptible de compatir, que j’ai découvert que mes pleurs, mon anxiété et mon irritabilité avaient en fait un nom. Le baby blues.

Quatre nouvelles mamans sur cinq déclarent avoir un baby blues après l’accouchement, donc l’essentiel est que c’est normal. Même si j’étais ravie de retrouver le confort de ma maison, j’étais tellement dépassée par ma nouvelle identité et mes nouvelles responsabilités que je ressentais des moments de profond désespoir et que j’étais sujette à des crises de larmes. Au coucher du soleil, j’ai ressenti une anxiété intense, sachant qu’une autre nuit blanche m’attendait. Rien qu’en voyant la statistique selon laquelle 80 % des mères éprouvent les mêmes sentiments, je me suis sentie moins seule. Si tant de personnes avant moi s’en étaient sorties, cela signifiait qu’il y avait une lumière au bout du tunnel. Et c’était le cas. Le baby blues est temporaire, il atteint son apogée au troisième ou quatrième jour du post-partum et s’estompe généralement après quelques semaines. Bien que le quatrième jour ait été le plus difficile pour moi sur le plan émotionnel, les choses sont devenues nettement plus faciles au bout de deux semaines.

Pendant ces deux premières semaines, qui ont été les plus difficiles, je me suis assurée de prendre une douche tous les jours. C’était un petit acte de soin de soi qui a fait des merveilles pour mon humeur. Cette période de 15 minutes était comme une méditation. Au lieu de m’occuper du bébé, je pouvais me concentrer sur l’eau chaude qui massait mon cuir chevelu et évacuait le stress. Bien sûr, il m’arrivait de pleurer sous la douche, mais je me sentais renouvelée au moment où je sortais. Tout le monde me disait, dormir quand le bébé dort, mais je ne pouvais pas me forcer à faire une sieste dans la journée, même si j’étais épuisée. Au lieu de cela, lorsque mon bébé dormait, je m’asseyais et mangeais un repas correct. Les nuits étaient particulièrement difficiles, car j’ai allaité ma fille exclusivement au sein et mon mari ne pouvait pas faire grand-chose pour m’aider. Elle se réveillait pour se nourrir toutes les heures et demie, réglée comme une horloge. Je m’endormais souvent au milieu de la séance, pour me rendre compte qu’une heure s’était écoulée et que je devais me réveiller dans une demi-heure. Pour me tenir éveillée, j’ai commencé à regarder des films sur mon téléphone au début de chaque séance. J’ai baissé le volume, mis le sous-titrage et mis le film en pause dès qu’elle avait fini de téter. Je l’ai remise dans le couffin et je me suis rendormie directement. Dès qu’elle s’est levée pour manger, j’ai continué là où je m’étais arrêtée. Rincer et répéter. Cette tactique rendait les nuits supportables pour moi, car elle me donnait quelque chose à attendre avec impatience à chaque fois que je me réveillais.