Sélectionner une page

C’est stressant c’est vrai. Il n’est pas évident de laisser son enfant à une inconnue. Comme de nombreux parents, il y a des contraintes professionnelles dont vous devez faire face. Outre la crèche, le baby-sitting est une option non négligeable. Mais comment trouver le ou meilleur(e) dans ce domaine ?

Evaluer vos priorités

Tout d’abord, vous devez évaluer vos besoins :

  • Baby-sitter régulier ou non ;
  • Aide en journée ou en soirée.

Les besoins sont différents selon que le ou la baby-sitter devra s’occuper des jeux d’éveil, des activités physiques, de son bain ou de ses repas.

Aussi, il faut établir les traits de caractère que vous sollicitez le plus : affectueux, dynamique, réactif, apaisant, débrouillard… Ne soyez pas trop exigeant car personne n’est parfait.

Par contre, il faut mettre l’accent sur la sécurité et n’avoir des entrevues qu’avec des profils expérimentés.

Savoir observer son enfant

Le rôle premier du baby-sitter c’est de garder votre enfant. Ce dernier est le premier indicateur de la qualité du travail fourni par ce professionnel de la puériculture. Il s’est cogné ? Il pleure sans cesse ? Ces problèmes se répètent et certains signes trahissent un manque de compétence de la nounou. Cela est d’autant plus visible en ce qui concerne les imprévus. Si votre nourrice est toujours en retard cela trahit son manque de sérieux.

Vous devez aussi savoir si votre enfant apprécie ou non la nounou. S’il est petit, il exprimera sa joie ou son mécontentement à travers des signes. Il sourit, il la craint, il pleure ?

Vous pouvez aller sur un site de babysitting pour mieux faire votre choix !

Les qualités requises pour une baby sitter

De prime abord, évitez les baby-sitters travaillant au noir. Comme elles ne cotisent pas, en cas d’accident de travail, vous devez prendre en charge ses frais médicaux. De plus, à cela s’ajoute une peine de prison ou une amande allant jusqu’à 45 000 euros.

Bien évidemment l’expérience est exigée pour un baby-sitter, surtout pour les enfants en bas âge. S’il s’agit d’une jeune enfant déjà autonome, vous pouvez laisser leur chance aux débutants.

Si vous avez déniché un débutant ayant du potentiel, vous devez prendre le temps de lui parler. Demandez-lui ce qu’il ou elle ferait dans telle ou telle situation.

Quand changer de baby-sitter ?

Quand vous rentrez de votre boulot, il est tout à fait normal que vous lui demandiez les détails de sa journée. Si la baby-sitter n’apprécie pas qu’on lui pose des questions, c’est que ce n’est pas la bonne.

Vous devez cerner si votre enfant est négligé ou pas pendant votre absence. S’il est toujours sale, cela n’est pas bon signe…

N’hésitez pas à la remplacer si elle est distraite ou que vous constatez qu’elle n’apprécie pas la compagnie de votre enfant.